Propositions spirituelles pour suivre le Carême

bouton carême site HD

Le Carême a débuté, mettons-nous en chemin pour vivre ces 40 jours, grâce à :

Un Jour, un Evêque : 21 février 2019

« Lors de mon intervention à Dauphine j'ai rencontré des jeunes ouverts, très intéressés, multipliant les questions sur le plan international comme sur le plan religieux, avec l'émerveillement de cette jeunesse qui se lève génération après génération sur l'humanité habitée par un désir de justice, de paix, de vérité, d'engagement, de loyauté, d'honneur », interview 2019 de Monseigneur Antoine de Romanet, évêque aux armées françaises, sur Radio Notre-Dame.

https://radionotredame.net/emissions/paroledeveque/21-02-2019

11 novembre 2017 - PRIERE POUR LA PAIX

 

priere du 11 novembre 2017Commémoration de la Grande Guerre

11 novembre 2017

  Le pape François rappelait en mai dernier aux militaires réunis à Lourdes : « En ces temps troublés, il est essentiel de se souvenir que la paix est un don que les hommes ne doivent jamais cesser de demander au Père : Dona Nobis Pacem.  Dieu répond toujours à cette prière de ses enfants, prière instante, souvent angoissée. Mais il y répond concrètement, en suscitant des artisans de paix, de fraternité, de solidarité : ‘la paix est don de Dieu, mais don confié à tous les hommes et à toutes les femmes appelés à le réaliser.’ »

               Pour la 4ème  année, comme cela a été prévu avec la Conférence des Évêques de France, une proposition de TEMPS DE PRIÈRE POUR LA PAIX est faite à tous les diocèses de France à l’occasion du 11 novembre, anniversaire de l’Armistice, et fête de St Martin, patron secondaire de la France.

                En ce centenaire de la commémoration de la Grande Guerre, l’année 2017 a été  marquée par les nombreuses  cérémonies commémorant tant l’entrée des Etats Unis dans la Grande guerre que le sacrifice des soldats étrangers durant ce 1er conflit mondial  (le Canada en particulier). Ces manifestations ont pris aussi bien un caractère national (14 juillet à Paris) que  local. Et en ce 11 novembre 2017 l’Eglise tient à prier pour la paix.

Comme les années précédentes, le Service National de Pastorale Liturgique et Sacramentelle (SNPLS) et le Diocèse aux Armées, vous proposent des documents, en particulier une prière universelle.  Quelle que soit la forme de la célébration religieuse, il est souhaité qu’une même prière universelle soit utilisée partout.

Nous insistons  pour qu’une célébration le 11 novembre n’ait pas lieu uniquement  dans la Paroisse mais aussi dans les églises qui en dépendent. En effet nous constatons qu’en ce centenaire de la Grande Guerre des Conseils Municipaux  demandent une célébration, ailleurs ce sont les chrétiens de la commune qui ont pris l’initiative de  proposer aux élus et à la population ce temps de prière.      
C’est pourquoi  le SNPLS et le diocèse aux armées joignent à la prière universelle d’autres documents pour aider en particulier les petites équipes de chrétiens qui veulent animer ce temps de mémoire : un schéma étoffé de célébration et quelques textes de Poilus.

Dans l’ un des  textes des Poilus vous pourrez constater qu’un évêque qui était sous les drapeaux en 1917  (Mgr de Llobet, évêque de Gap) a demandé dès 1917 que soit organisé, le 11 novembre, un Service pour les soldats morts pour la France.  (téléchargement de préférence sur Internet Explorer ou Mozilla.)

  1. La prière universelle (format Word) 
  2. Une proposition de célébration (en particulier pour les lieux où il n’y a pas de prêtre) (format Word) 
  3. Des textes de « Poilus » (format Word) 

« La paix est un don que les hommes ne doivent jamais cesser de demander au Père : Dona Nobis Pacem. …La paix est don de Dieu, mais don confié à tous les hommes et à toutes les femmes appelés à le réaliser. »

----------

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

25 mars 2019

Tous les saints du jour
  • Annonciation - L'annonciation à la Vierge Marie
    La scène nous est bien connue. Dieu propose et attend une réponse. Ce sera "Qu'il me soit fait selon ta parole." (Lc 1, 26-38)Elle devient la Mère de Dieu et du Sauveur avant de devenir, au pied de la croix, la Mère de l'Église. Cette fête est d'abord la fête de l'Incarnation puisque Dieu commence en Marie sa vie humaine qui conduira ce minuscule embryon jusqu'à la Croix et la Résurrection, jusqu'à la Gloire de Dieu. Illustration: Ce petit panneau frappe par sa fraîcheur. "Qu'il est moderne!" est-on tenté de s'écrier. Il aurait été peint par un maître du Haut-Rhin dans le premier quart du XVe siècle. (collège de Vevey en Suisse)A lire aussi: L'Annonciation ou le recommencement à neuf (Fr. Bernard Forthomme, o.f.m., Revue Esprit & Vie)La solennité de l'Annonciation rappelle le jour où, à Nazareth, la Vierge Marie accueillit la parole qui lui fut dite par l'Ange de la part du Seigneur: "Tu concevras et tu enfanteras un fils qui sera appelé Fils du Très-Haut". Ainsi quand fut venue la plénitude des temps, pour nous les hommes et pour notre salut, par l'Esprit Saint, le Fils unique de Dieu, qui était avant tous les siècles, a pris chair de la Vierge Marie et s'est fait homme.NB:Lorsque le 25 mars est dans la Semaine Sainte (semaine qui précède Pâques), la fête de l'Annonciation est célébrée le premier jour hors fête, c'est-à-dire le lundi qui suit la semaine de Pâques; d'un point de vue liturgique, la semaine qui suit la fête de Pâques ne fait qu'un avec la fête elle-même.En 2018, le 25 mars étant le dimanche des Rameaux, la fête avait été reportée au 9 avril. En 2016, le 25 mars étant le Vendredi Saint, la fête avait été reportée au 4 avril.En 2013, le 25 mars coïncidait avec le lundi Saint et la fête avait été reportée au 8 avril.Lorsque le Vendredi saint tombe un 25 mars, jour de la fête de l'Annonciation, Notre-Dame du Puy-en-Velay en Haute-Loire invite les fidèles à venir l'implorer et à recevoir l'indulgence plénière à l'occasion du Jubilé. Il y a 3 à 4 jubilés par siècle. Derniers jubilés: 1910, 1921, 1932, 2005, 2016... le prochain aura lieu en 2157.

Les lectures du jour

Messe

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2019
  • Première lecture : « Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est : Je-suis » (Ex 3, 1-8a.10.13-15)

    Lecture du livre de l’Exode

    En ces jours-là,
        Moïse était berger du troupeau de son beau-père Jéthro,
    prêtre de Madiane.
    Il mena le troupeau au-delà du désert
    et parvint à la montagne de Dieu, à l’Horeb.
        L’ange du Seigneur lui apparut
    dans la flamme d’un buisson en feu.
    Moïse regarda : le buisson brûlait
    sans se consumer.
        Moïse se dit alors :
    « Je vais faire un détour
    pour voir cette chose extraordinaire :
    pourquoi le buisson ne se consume-t-il pas ? »
        Le Seigneur vit qu’il avait fait un détour pour voir,
    et Dieu l’appela du milieu du buisson :
    « Moïse ! Moïse ! »
    Il dit :
    « Me voici ! »
        Dieu dit alors :
    « N’approche pas d’ici !
    Retire les sandales de tes pieds,
    car le lieu où tu te tiens est une terre sainte ! »
        Et il déclara :
    « Je suis le Dieu de ton père,
    le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob. »
    Moïse se voila le visage
    car il craignait de porter son regard sur Dieu.
        Le Seigneur dit :
    « J’ai vu, oui, j’ai vu la misère de mon peuple
    qui est en Égypte,
    et j’ai entendu ses cris sous les coups des surveillants.
    Oui, je connais ses souffrances.
        Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens
    et le faire monter de ce pays
    vers un beau et vaste pays,
    vers un pays, ruisselant de lait et de miel.
        Maintenant donc, va !
    Je t’envoie chez Pharaon :
    tu feras sortir d’Égypte mon peuple, les fils d’Israël. »
        Moïse répondit à Dieu :
    « J’irai donc trouver les fils d’Israël, et je leur dirai :
    ‘Le Dieu de vos pères m’a envoyé vers vous.’
    Ils vont me demander quel est son nom ;
    que leur répondrai-je ? »
        Dieu dit à Moïse :
    « Je suis qui je suis.
    Tu parleras ainsi aux fils d’Israël :
    ‘Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est : Je-suis’. »
        Dieu dit encore à Moïse :
    « Tu parleras ainsi aux fils d’Israël :
    ‘Celui qui m’a envoyé vers vous,
    c’est Le Seigneur,
    le Dieu de vos pères,
    le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob’.
    C’est là mon nom pour toujours,
    c’est par lui que vous ferez mémoire de moi, d’âge en d’âge. »

        – Parole du Seigneur.

  • Psaume (Ps 102 (103), 1-2, 3-4, 6-7, 8.11)

    Refrain psalmique : (Ps 102, 8a)

    Le Seigneur est tendresse et pitié.

    Bénis le Seigneur, ô mon âme,
    bénis son nom très saint, tout mon être !
    Bénis le Seigneur, ô mon âme,
    n’oublie aucun de ses bienfaits !

    Car il pardonne toutes tes offenses
    et te guérit de toute maladie ;
    il réclame ta vie à la tombe
    et te couronne d’amour et de tendresse.

    Le Seigneur fait œuvre de justice,
    il défend le droit des opprimés.
    Il révèle ses desseins à Moïse,
    aux enfants d’Israël ses hauts faits.

    Le Seigneur est tendresse et pitié,
    lent à la colère et plein d’amour ;
    Comme le ciel domine la terre,
    fort est son amour pour qui le craint.

  • Deuxième lecture : La vie de Moïse avec le peuple au désert, l’Écriture l’a racontée pour nous avertir (1 Co 10, 1-6.10-12)

    Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

    Frères,
    je ne voudrais pas vous laisser ignorer
    que, lors de la sortie d’Égypte,
    nos pères étaient tous sous la protection de la nuée,
    et que tous ont passé à travers la mer.
        Tous, ils ont été unis à Moïse par un baptême
    dans la nuée et dans la mer ;
        tous, ils ont mangé la même nourriture spirituelle ;
        tous, ils ont bu la même boisson spirituelle ;
    car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait,
    et ce rocher, c’était le Christ.
        Cependant, la plupart n’ont pas su plaire à Dieu :
    leurs ossements, en effet, jonchèrent le désert.
        Ces événements devaient nous servir d’exemple,
    pour nous empêcher de désirer ce qui est mal
    comme l’ont fait ces gens-là.
        Cessez de récriminer
    comme l’ont fait certains d’entre eux :
    ils ont été exterminés.
        Ce qui leur est arrivé devait servir d’exemple,
    et l’Écriture l’a raconté pour nous avertir,
    nous qui nous trouvons à la fin des temps.
        Ainsi donc, celui qui se croit solide,
    qu’il fasse attention à ne pas tomber.

        – Parole du Seigneur.