Soutenez-nous !

Denier Toussaint 2019 extérieur

La Vie des Diocèses - émission de KTO du 24 juin 2019

11 novembre 2017 - PRIERE POUR LA PAIX

 

priere du 11 novembre 2017Commémoration de la Grande Guerre

11 novembre 2017

  Le pape François rappelait en mai dernier aux militaires réunis à Lourdes : « En ces temps troublés, il est essentiel de se souvenir que la paix est un don que les hommes ne doivent jamais cesser de demander au Père : Dona Nobis Pacem.  Dieu répond toujours à cette prière de ses enfants, prière instante, souvent angoissée. Mais il y répond concrètement, en suscitant des artisans de paix, de fraternité, de solidarité : ‘la paix est don de Dieu, mais don confié à tous les hommes et à toutes les femmes appelés à le réaliser.’ »

               Pour la 4ème  année, comme cela a été prévu avec la Conférence des Évêques de France, une proposition de TEMPS DE PRIÈRE POUR LA PAIX est faite à tous les diocèses de France à l’occasion du 11 novembre, anniversaire de l’Armistice, et fête de St Martin, patron secondaire de la France.

                En ce centenaire de la commémoration de la Grande Guerre, l’année 2017 a été  marquée par les nombreuses  cérémonies commémorant tant l’entrée des Etats Unis dans la Grande guerre que le sacrifice des soldats étrangers durant ce 1er conflit mondial  (le Canada en particulier). Ces manifestations ont pris aussi bien un caractère national (14 juillet à Paris) que  local. Et en ce 11 novembre 2017 l’Eglise tient à prier pour la paix.

Comme les années précédentes, le Service National de Pastorale Liturgique et Sacramentelle (SNPLS) et le Diocèse aux Armées, vous proposent des documents, en particulier une prière universelle.  Quelle que soit la forme de la célébration religieuse, il est souhaité qu’une même prière universelle soit utilisée partout.

Nous insistons  pour qu’une célébration le 11 novembre n’ait pas lieu uniquement  dans la Paroisse mais aussi dans les églises qui en dépendent. En effet nous constatons qu’en ce centenaire de la Grande Guerre des Conseils Municipaux  demandent une célébration, ailleurs ce sont les chrétiens de la commune qui ont pris l’initiative de  proposer aux élus et à la population ce temps de prière.      
C’est pourquoi  le SNPLS et le diocèse aux armées joignent à la prière universelle d’autres documents pour aider en particulier les petites équipes de chrétiens qui veulent animer ce temps de mémoire : un schéma étoffé de célébration et quelques textes de Poilus.

Dans l’ un des  textes des Poilus vous pourrez constater qu’un évêque qui était sous les drapeaux en 1917  (Mgr de Llobet, évêque de Gap) a demandé dès 1917 que soit organisé, le 11 novembre, un Service pour les soldats morts pour la France.  (téléchargement de préférence sur Internet Explorer ou Mozilla.)

  1. La prière universelle (format Word) 
  2. Une proposition de célébration (en particulier pour les lieux où il n’y a pas de prêtre) (format Word) 
  3. Des textes de « Poilus » (format Word) 

« La paix est un don que les hommes ne doivent jamais cesser de demander au Père : Dona Nobis Pacem. …La paix est don de Dieu, mais don confié à tous les hommes et à toutes les femmes appelés à le réaliser. »

----------

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

21 novembre 2019

Tous les saints du jour
  • Présentation de la Vierge Marie -
    Cet épisode de la vie de la Vierge Marie ne se trouve pas dans les quatre évangiles, mais dans un livre apocryphe, le "protévangile de Jacques". La piété populaire et la spiritualité mariale en furent marquées, car elle soulignait bien la disponibilité de la Vierge Marie, à l'égard de la volonté divine. Tant en Orient qu'en Occident, cette fête connut un grand succès. Marie est bien prédestinée à devenir le temple vivant de la divinité. La scène est toute simple, selon cet évangile apocryphe: Anne et Joachim voulurent remercier Dieu de la naissance de cette enfant. Ils la lui consacrèrent. Lorsqu'elle eut trois ans, Marie fut conduite au Temple, un prêtre l'accueille par des paroles qui ressemblent au Magnificat et l'enfant s'assied sur les marches de l'autel. "Tout le peuple d'Israël l'aima". Cette fête est attestée dès le VIe siècle.- vidéo sur la webTV de la CEF: Présentation de Marie au temple de Jérusalem.Au lendemain de la dédicace de la basilique Sainte-Marie-la-Neuve près du mur du Temple de Jérusalem, l'Église célèbre la consécration que fit d'elle-même à Dieu dès son enfance la future mère de Dieu, sous l'action de l'Esprit Saint, dont la grâce l'avait comblée dès sa conception immaculée.

Les lectures du jour

Messe

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2019
  • Première lecture : « Nous suivrons l’Alliance de nos pères » (1 M 2, 15-29)

    Lecture du premier livre des Martyrs d’Israël

    En ces jours-là,
        les hommes envoyés par le roi Antiocos
    pour contraindre les gens à l’apostasie
    arrivèrent dans la ville de Modine
    pour y organiser des sacrifices.
        Beaucoup en Israël allèrent à eux ;
    Mattathias et ses fils vinrent à la réunion.
        Les envoyés du roi prirent la parole
    pour dire à Mattathias :
    « Tu es un chef honoré et puissant dans cette ville,
    soutenu par des fils et des frères.
        Avance donc le premier,
    et exécute l’ordre du roi,
    comme l’ont fait toutes les nations,
    les hommes de Juda
    et ceux qui sont restés à Jérusalem.
    Alors, toi et tes fils, vous serez les amis du roi.
    Toi et tes fils, vous serez comblés
    d’argent, d’or et de cadeaux nombreux. »
        Mattathias répondit d’une voix forte :
    « Toutes les nations qui appartiennent aux États du roi
    peuvent bien lui obéir
    en rejetant chacune la religion de ses pères,
    et se conformer à ses commandements ;
        mais moi, mes fils et mes frères,
    nous suivrons l’Alliance de nos pères.
        Que le Ciel nous préserve
    d’abandonner la Loi et ses préceptes !
        Nous n’obéirons pas aux ordres du roi,
    nous ne dévierons pas de notre religion,
    ni à droite ni à gauche. »

        Dès qu’il eut fini de prononcer ces paroles,
    un Juif s’avança en présence de tout le monde
    pour offrir le sacrifice, selon l’ordre du roi,
    sur cet autel de Modine.
        À cette vue, Mattathias s’enflamma d’indignation
    et frémit jusqu’au fond de lui-même ;
    il laissa monter en lui une légitime colère,
    courut à l’homme et l’égorgea sur l’autel.
        Quant à l’envoyé du roi,
    qui voulait contraindre à offrir le sacrifice,
    Mattathias le tua à l’instant même,
    et il renversa l’autel.
        Il s’enflamma d’ardeur pour la Loi
    comme jadis Pinhas contre Zimri.
        Alors Mattathias se mit à crier d’une voix forte
    à travers la ville :
    « Ceux qui sont enflammés d’une ardeur jalouse pour la Loi,
    et qui soutiennent l’Alliance,
    qu’ils sortent tous de la ville à ma suite. »
        Il s’enfuit dans la montagne avec ses fils,
    en abandonnant tout ce qu’ils avaient dans la ville.
        Alors, beaucoup de ceux qui recherchaient la justice et la Loi
    s’en allèrent vivre au désert.

                – Parole du Seigneur.

  • Psaume (Ps 49 (50), 1-2, 5-6, 14-15)

    Refrain psalmique : (cf. Ps 49, 23cd)

    À celui qui veille sur sa conduite,
    je ferai voir le salut de Dieu.

    Le Dieu des dieux, le Seigneur,
    parle et convoque la terre
    du soleil levant jusqu’au soleil couchant.
    De Sion, belle entre toutes, Dieu resplendit.

    « Assemblez, devant moi, mes fidèles,
    eux qui scellent d’un sacrifice mon alliance.
    Et les cieux proclament sa justice :
    oui, le juge, c’est Dieu !

    « Offre à Dieu le sacrifice d’action de grâce,
    accomplis tes vœux envers le Très-Haut.
    Invoque-moi au jour de détresse :
    je te délivrerai, et tu me rendras gloire. »

  • Évangile : « Ah ! si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui donne la paix ! » (Lc 19, 41-44)

    Acclamation : (cf. Ps 94, 8a.7d)

    Alléluia. Alléluia.
    Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur,
    mais écoutez la voix du Seigneur.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    En ce temps-là,
        lorsque Jésus fut près de Jérusalem,
    voyant la ville, il pleura sur elle, en disant :
        « Ah ! si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour
    ce qui donne la paix !
    Mais maintenant cela est resté caché à tes yeux.
        Oui, viendront pour toi des jours
    où tes ennemis construiront des ouvrages de siège contre toi,
    t’encercleront et te presseront de tous côtés ;
        ils t’anéantiront,
    toi et tes enfants qui sont chez toi,
    et ils ne laisseront pas chez toi pierre sur pierre,
    parce que tu n’as pas reconnu
    le moment où Dieu te visitait. »

                – Acclamons la Parole de Dieu.