Soutenez-nous !

 

Denier Toussaint 2019 extérieur

L'Eglise et l'arme nucléaire - Réflexions de Mgr Antoine de Romanet

nuclear threat

La Vie des Diocèses - émission de KTO du 24 juin 2019

SAINT JEAN à la Porte latine ou SAINT JEAN des imprimeurs (6 mai)

La saint Jean des imprimeurs

saint jean porte latineEn ce jour heureux, béni par un ciel serein, 24 juin 1504, les cloches de la cathédrale de Mayence sonnaient à toute volée pour célébrer, pour la première fois, la Saint-Jean. Tous les Imprimeurs, sous un habit de fête, s’étaient rassemblés dans la maison où l'illustre Gutenberg créa sa première imprimerie.

Cependant, en France, une ordonnance de Louis XI, signée seulement en 1467, autorise la fondation d’une Confrérie réunissant écrivains, libraires, enlumineurs, relieurs de livres et parcheminiers. Les imprimeurs n’y étaient donc pas admis. Les premiers imprimeurs français ne s’installèrent rue Saint-Jacques que trois ans plus tard, sur l’initiative des Frères Fichet, Docteurs en Sorbonne. Nos ancêtres professionnels se nommaient Gering, Crautz, Frilburger, d’origine allemande ou alsacienne. Par une ordonnance de 1488, Charles VIII assimila les trois imprimeurs aux “ serviteurs ” de l’Université et les fit entrer dans la confrérie, dont les assises se tenaient au couvent des Pères Mathurins, tout près de l’hôtel Cluny. Les membres de la confrérie participaient à deux fêtes annuelles, 27 décembre et 6 mai. Une cérémonie religieuse précédait un banquet. Et les ateliers d’imprimerie fermaient comme pour un dimanche.

Au début du 17ème siècle, la confrérie prit le nom de Saint-Jean Porte Latine. Sur la bannière de la confrérie était brodé un livre orné de 3 fleurs de lys d’or. Les frais étaient couverts par des cotisations, des dons et des quêtes. Les imprimeurs avaient déjà des idées mutualistes puisque des secours étaient distribués aux ouvriers les plus pauvres ou aux malades. Mais une seconde et mystérieuse confrérie apparut plus tard sous le nom de Saint Jean de Latran, et, par des intrigues secrètes, sauva la vie en 1650, à un imprimeur nommé Marlot coupable d’avoir injurié Mazarin dans un pamphlet. Cette seconde confrérie disposait d’une Commanderie, lieu d’asile inviolable et strictement réservée à ses participants qui observaient les meilleures règles de solidarité fraternelle. C’était une sorte de franc-maçonnerie secrète. La Révolution Française balaya l’existence des deux confréries.

1881 marqua l’existence des lois sur la liberté de la Presse et de la Librairie. C’est aussi la date de la fondation de la Fédération du Livre, de l’âge d’or des quotidiens, de la modernisation de la Presse par Emile de Girardin. Le 5 mai 1889, on retrouve la trace d’un banquet de la Saint Jean Porte Latine, preuve irréfutable de maintien de la tradition.

L’écrivain Edouard Morin qui a consacré une partie de sa vie aux Arts Graphiques, a mentionné dans son oeuvre ces lignes émouvantes qui feront battre le cœur de nos typos des temps modernes, « Le Saint-Jean du typo et surtout du trimardeur c’est le petit paquet qu’il ramasse pour quitter l’atelier et se mettre en route. Ce paquet contient une blouse noire qui ne sera jamais lavée, un composteur de bois ou une paire de mentonnières.. »

Saint Jean à la Porte Latine

L’Eglise célèbre le 6 mai l’anniversaire de la basilique de saint Jean, près de la porte Latine. à Rome. On connaît le passage évangélique rappelant la démarche des deux fils de Zébédée : Jacques et Jean, membres du Collège apostolique.

Jean était l’unique survivant du collège apostolique et avait atteint un âge avancé. Il gouvernait alors les Eglises d’Asie grâce à la haute réputation que lui assuraient sa dignité, ses grandes vertus et ses miracles.

Il fut arrêté à Ephèse et conduit comme prisonnier à Rome en l’an 95. L’empereur Dioclétien le condamna à un genre de mort barbare en ordonnant de le plonger dans une chaudière d’huile bouillante. Conformément à la pratique romaine, l’apôtre subit probablement d'abord la flagellation ne pouvant pas comme Saint Paul se prévaloir du privilège d’être citoyen romain. Quant au supplice d’huile bouillante on ne peut en douter puisque Tertullien, saint Jérôme et Eusèbe nous l’affirment. Jean sortit du supplice plus frais et plus vigoureux qu’il n’y était entré. La plupart des païens avec lui virent là le résultat d’un pouvoir magique. Jean fut banni dans la petite île Patmos, l’une des îles de la mer Egée.

Le supplice de Jean, qui fut plutôt un glorieux Triomphe, eut lieu en dehors de ROME à la porte Latine, appelée ainsi parce qu’elle conduisait vers le Latium. Une église fut édifiée sur l’emplacement en mémoire du miracle. On dit que c’était un temple de Diane dont la destination fut changée pour servir au culte du vrai Dieu. L’Eglise fut rebâtie en 772 par le Pape Adrien 1er.


Avec cette fête l’Eglise veut célébrer la foi, la confiance en Dieu dans l’épreuve. En effet, Dieu sauve, et nous permet de traverser l'épreuve dans la paix du cœur. Il donne la grâce de participer intimement à son mystère pascal en traversant l’épreuve.

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

27 janvier 2020

Tous les saints du jour
  • Sainte Angèle Merici - Fondatrice de la Compagnie de Sainte Ursule de Brescia (✝ 1540)
    Sainte Angèle Mérici naît en Italie du Nord, à Desenzano, entre 1474 et 1478. La première partie de sa vie, heureuse, est de courte durée. En quelques mois, l'adolescente perd ses parents et l'une de ses sœurs. Après ces deuils, vers l'âge de 16 ans, son oncle et sa tante, les Biancosi, la prennent chez eux.Angèle a déjà entendu l'appel de Dieu, et elle préfère passer son temps avec le Christ, dans la prière et une vie simple, plutôt que de s'adonner aux plaisirs mondains. A 18 ans, afin de pouvoir se consacrer au Seigneur librement et d'être admise régulièrement à la table eucharistique (fait rare à cette époque), elle demande à entrer dans le Tiers-Ordre de Saint-François d'Assise, et devient Sœur Angèle. Elle travaille, prie, participe à la Messe et communie le plus souvent possible. Elle jeûne et mène désormais la vie simple et au service des autres qu'elle désirait. Elle se sent alors pressée intérieurement d'accomplir sa mission: fonder une « Compagnie » de femmes qui veulent se consacrer au Seigneur. Elles vivront leur consécration sans se retirer de leur lieu de vie. Là où elles seront, elles vivront leur vie de prière et seront attentives aux besoins des autres. Angèle qui aime beaucoup Sainte Ursule, une martyre du IVe siècle particulièrement populaire à cette époque, la donne comme patronne à sa fondation.La transformation de la Compagnie en Ordre religieux, après le Concile de Trente (1545-1563), a obligé les filles d'Angèle à entrer dans des cloîtres. Apostoliques, elles ont continué d'être apôtres en devenant éducatrices. Héritières de la «pédagogie» d'Angèle, qui excellait dans l'art d'accueillir et de conduire chacun, les Ursulines ont su alors devenir des formatrices à travers les siècles, et spécialement au service de la jeunesse, selon la mission que l'Église leur a confiée.Angèle meurt le 27 janvier 1540. Elle est canonisée le 27 mai 1807, par Pie VII. Illustrations: 'Mon Angèle à moi' par sœur Angèle Blais  et sculpture de Martin Damay (statue en pierre pour la cathédrale d'Uzès).Voir aussi  sur le site des Ursulines de l'Union Romaine, 'connaître sainte Angèle Mérici', 'sa vie'Mémoire de sainte Angèle Merici, vierge. Elle prit d'abord l'habit du Tiers-Ordre de Saint François et elle réunit des jeunes filles pour les former aux œuvres de charité; puis, sous le nom de sainte Ursule, elle fonda un Ordre féminin, avec pour objectif de pratiquer le vie de perfection dans le monde et d'instruire les adolescentes dans les voies du Seigneur. Elle mourut, cinq ans après sa fondation, en 1540, à Brescia en Lombardie.
  • Sainte Dévote - vierge et martyre (✝ 304)
    A Mariana en Corse, l'on fête cette jeune martyre qui est aussi la patronne de la principauté de Monaco.Vierge et martyre, patronne principale de la Corse, martyrisée au IIIe siècle à Mariana, près de Quercio, le lieu attribué à sa naissance par la tradition. - diocèse d'Ajaccio.- diocèse de Monaco.Découvrez la paroisse Sainte Dévote: "Sainte Dévote, est une jeune chrétienne native de Corse, martyrisée sous les empereurs Dioclétien et Maximien, en l'an 304. Son corps fut dérobé de nuit, par des fidèles soucieux qu'il soit enterré dignement. Ils le déposèrent dans une barque pour être dirigé vers l'Afrique où se trouvait une importante communauté chrétienne. Cependant les vents contraires conduisirent l'esquif vers Monaco. Les restes de la sainte furent ensevelis, près du port, dans une grotte du vallon des Gaumates, où, plus tard, fut édifiée une chapelle dont les religieux de l'abbaye de Saint-Pons demeurèrent propriétaires jusqu'au XVIe siècle." C'est le Prince Louis II qui, en 1924, a donné un éclat particulier à la fête de la Sainte Patronne de la Principauté, en instaurant, notamment, le rite de l'embrasement d'une barque.(diocèse de Monaco)Photos MSK 2009.

Les lectures du jour

Messe

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2020
  • Première lecture : « Tu seras le berger d’Israël mon peuple » (2 S 5, 1-7.10)

    Lecture du deuxième livre de Samuel

    En ces jours-là,
        toutes les tribus d’Israël vinrent trouver David à Hébron
    et lui dirent :
    « Vois ! Nous sommes de tes os et de ta chair.
        Dans le passé déjà, quand Saül était notre roi,
    c’est toi qui menais Israël en campagne et le ramenais,
    et le Seigneur t’a dit :
    “Tu seras le berger d’Israël mon peuple,
    tu seras le chef d’Israël.” »
        Ainsi, tous les anciens d’Israël
    vinrent trouver le roi à Hébron.
    Le roi David fit alliance avec eux, à Hébron,
    devant le Seigneur.
    Ils donnèrent l’onction à David
    pour le faire roi sur Israël.
        Il avait trente ans quand il devint roi,
    et il régna quarante ans :
        à Hébron il régna sur Juda pendant sept ans et demi ;
    et à Jérusalem il régna trente-trois ans,
    à la fois sur Israël et sur Juda.

        Le roi avec ses hommes marcha sur Jérusalem
    contre les habitants de la région, les Jébuséens.
    On lui dit :
    « Tu n’entreras pas ici :
    des aveugles et des boiteux suffiraient à te repousser. »
    Autrement dit : David n’entrera pas ici.
        Mais David s’empara de la forteresse de Sion
    – c’est la Cité de David.

        David devint de plus en plus puissant.
    Le Seigneur, Dieu des armées, était avec lui.

                – Parole du Seigneur.

  • Psaume (Ps 88 (89), 20, 21-22, 25-26)

    Refrain psalmique : (cf. Ps 88, 25a)

    Ton amour et ta fidélité
    sont avec lui, Seigneur.

    Autrefois, tu as parlé à tes amis,
    dans une vision tu leur as dit :
    « J’ai donné mon appui à un homme d’élite,
    j’ai choisi dans ce peuple un jeune homme.

    « J’ai trouvé David, mon serviteur,
    je l’ai sacré avec mon huile sainte ;
    et ma main sera pour toujours avec lui,
    mon bras fortifiera son courage.

    « Mon amour et ma fidélité sont avec lui,
    mon nom accroît sa vigueur ;
    j’étendrai son pouvoir sur la mer
    et sa domination jusqu’aux fleuves. »

  • Évangile : « C’en est fini de Satan » (Mc 3, 22-30)

    Acclamation : (2 Tm 1, 10)

    Alléluia. Alléluia.
    Notre Sauveur, le Christ Jésus, a détruit la mort ;
    il a fait resplendir la vie par l’Évangile.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

    En ce temps-là,
        les scribes, qui étaient descendus de Jérusalem, disaient :
    « Ce Jésus est possédé par Béelzéboul ;
    c’est par le chef des démons
    qu’il expulse les démons. »
        Les appelant près de lui,
    Jésus leur dit en parabole :
    « Comment Satan peut-il expulser Satan ?
        Si un royaume est divisé contre lui-même,
    ce royaume ne peut pas tenir.
        Si les gens d’une même maison se divisent entre eux,
    ces gens ne pourront pas tenir.
        Si Satan s’est dressé contre lui-même, s’il est divisé,
    il ne peut pas tenir ;
    c’en est fini de lui.
        Mais personne ne peut entrer
    dans la maison d’un homme fort et piller ses biens,
    s’il ne l’a d’abord ligoté.
    Alors seulement il pillera sa maison.
        Amen, je vous le dis :
    Tout sera pardonné aux enfants des hommes :
    leurs péchés et les blasphèmes qu’ils auront proférés.
        Mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint,
    il n’aura jamais de pardon.
    Il est coupable d’un péché pour toujours. »
        Jésus parla ainsi parce qu’ils avaient dit :
    « Il est possédé par un esprit impur. »

                – Acclamons la Parole de Dieu.