Soutenez-nous !

 

Denier Toussaint 2019 extérieur

L'Eglise et l'arme nucléaire - Réflexions de Mgr Antoine de Romanet

nuclear threat

La Vie des Diocèses - émission de KTO du 24 juin 2019

SAINT JEAN DE CAPISTRAN (1386-1456)

 

st jean de capistan images visage

BARTOLOMEO VIVARINI, 1459 - PARIS, MUSÉE DU LOUVRE

Peint en 1459, ce tableau figure Jean de Capistran seulement trois ans après sa mort, dans une image de dévotion grandeur nature où est déjà fixée l’iconographie du saint victorieux par la croix. En 1984, saint Jean-Paul II le proclamera patron des aumôniers militaires et le qualifiera de « grand apôtre et défenseur de l’Europe, très vénéré […] pour son activité pastorale profonde et réformatrice » et « qui se donna avec grande générosité pour le salut des âmes ».

Alors qu’il est en prison pour avoir tenté de négocier la paix entre Rimini et Pérouse dont il est le jeune et brillant gouverneur, Jean a une apparition de François d’Assise qui lui révèle sa vocation : il entre dans l’ordre des frères mineurs et devient disciple d’un autre franciscain, saint Bernardin de Sienne, qui lui enseigne l’humilité, la prière et la pénitence, et qui répand la dévotion au saint Nom de Jésus dans toute l’Italie. Prédicateur, réformateur de son ordre, conseiller et légat du pape en France, en Allemagne et dans toute l’Europe centrale, Jean y fait des prodiges. Après la prise de Constantinople en 1453, laissant les princes d’occident indifférents aux massacres perpétrés en orient malgré les appels de la papauté, les turcs assiègent Belgrade en 1456, dernière digue avant l’occident. Jean de Capistran prêche une croisade, fait fabriquer un étendard avec la croix et la figure de saint Bernardin, ne cesse d’invoquer le nom de Jésus et exhorte les croisés à le faire. Malgré un nombre d’hommes très supérieur, Mehmet II est blessé et les assaillants sont vaincus et s’enfuient. Le pape Calixte III apprend la victoire le 6 août : il décide d’instituer la fête de la Transfiguration et de la célébrer à cette date.

st jean de capistan images devotion

Une image de dévotion

La représentation de Jean de Capistran que donne Bartolomeo Vivarini évoque les éléments essentiels de la vie du saint. Il est vêtu de l’habit franciscain dont la couleur cendre, la corde pour ceinture et les pieds nus dans de simples socques disent l’humilité et la pénitence. Il tient, de sa main gauche, l’évangile qu’il a prêché et suivi et, de sa main droite, l’étendard de la victoire, blanc avec une croix rouge et la figure de saint Bernardin tenant le monogramme du nom de Jésus : I H S (Jésus Sauveur des hommes). Une croix dorée surmonte la hampe de l’étendard et une autre peinte en rouge sur son épaule gauche rappelle qu’il prit la croix.

 

st jean de capistan images portrait

Un portrait ?

Le visage émacié, vu de trois-quart, comme le corps maigre qui se devine sous la bure s’accordent avec le témoignage direct d’Aeneas Sylvius Piccolomini, futur pape Pie II : « Il était petit de taille, avancé en âge (65 ans), desséché, amaigri, épuisé, n’ayant que la peau et les os, et néanmoins toujours gai et infatigable au travail. Il prêchait tous les jours, traitait les questions les plus profondes, plaisait aux simples comme aux savants ; il avait journellement vingt et trente mille auditeurs ». Cependant, la précision des traits du visage, presque individualisés, avec ses yeux clairs enfoncés, le nez bombé et la bouche fine, pose la question d’un éventuel portrait : Bartolomeo Vivarini aurait-il été un des nombreux auditeurs de Jean, lors de ses prêches en Italie du Nord ? Première peinture datée connue de Bartolomeo, d’une famille d’artistes originaires de Murano, le tableau montre encore l’attachement de Venise au gothique tardif et la connaissance des recherches nouvelles de Padoue. La disposition, le dessin linéaire du visage, l’emploi d’un phylactère encadrant la figure tel un arc restent d’esprit médiéval tandis que le fond noir et rouge, l’estrade à pans coupés, les ombres portées, le cartel en trompe-l’œil portant la signature du peintre, le traitement plus en volume des plis de la bure et le raccourci des mains reflètent les nouveaux styles plus plastiques des ateliers padouans autour de Squarcione et du jeune Mantegna. Réputé saint de son vivant, Jean de Capistran porte une auréole rayonnante même s’il ne sera canonisé qu’en 1690 soit sept ans après la fin du siège de Vienne par les ottomans. Sur le phylactère qui part de l’étendard, se déploie un verset de saint Paul : « Grâces soient rendues à Dieu qui nous a donné la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ ! » (1Co 15, 57).

Isabelle Schlienger

source egmil d'octobre 2015

Mots-clés: saint patron, saint jean de capistran

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

13 juillet 2020

Tous les saints du jour
  • Saint Henri II - Empereur germanique (✝ 1024)
    Il était le fils du duc de Bavière et, en raison de la mort prématurée de son parent Otton III, il fut couronné empereur germanique. Comme tel, il régna sur l'Allemagne, l'Autriche, la Suisse, les Pays-Bas et l'Italie du Nord. Il épousa sainte Cunégonde de Luxembourg que nous fêtons le 3 mars. Elle ne pouvait avoir d'enfants. Henri refusa de la répudier, fait inouï à cette époque et dans une société où la stérilité, surtout dans la noblesse, était une cause ordinaire de répudiation.L'une de ses deux préoccupations majeures fut l'unité du Saint Empire romain germanique pour laquelle il dut beaucoup guerroyer. L'autre fut de réformer les habitudes de la Papauté, avec l'aide du roi de France, Robert le Pieux, en un siècle qui vit quatorze papes sur vingt-huit, être élus sous la seule influence des reines et des femmes.Dans le même temps, il renforça l'influence de l'Eglise sur la société, fonda l'évêché de Bamberg et, oblat bénédictin, il soutint la réforme entreprise par les moines de Cluny.Privé d'héritier, il institua le Christ comme son légataire de ses biens. A sa mort, sainte Cunégonde se retira à l'abbaye de Kaffungen qu'elle avait fondée.Mémoire de saint Henri, empereur des Romains (romain-germanique), il garda, rapporte-t-on, avec sa femme sainte Cunégonde, une continence totale, œuvra à la réforme de l'Église et à sa propagation, conduisit le futur saint Étienne, roi des Hongrois, à accueillir la foi du Christ avec presque tout son peuple, mourut à Grona et fut inhumé, selon son désir, à Bamberg en Franconie, l'an 1024.

Les lectures du jour

Messe

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2020
  • Première lecture : « Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de ma vue vos actions mauvaises » (Is 1, 10-17)

    Lecture du livre du prophète Isaïe

    Écoutez la parole du Seigneur,
    vous qui êtes pareils aux chefs de Sodome !
    Prêtez l’oreille à l’enseignement de notre Dieu,
    vous, peuple de Gomorrhe !
        Que m’importe le nombre de vos sacrifices ?
    – dit le Seigneur.
    Les holocaustes de béliers, la graisse des veaux,
    j’en suis rassasié.
    Le sang des taureaux, des agneaux et des boucs,
    je n’y prends pas plaisir.
        Quand vous venez vous présenter devant ma face,
    qui vous demande de fouler mes parvis ?
        Cessez d’apporter de vaines offrandes ;
    j’ai horreur de votre encens.
    Les nouvelles lunes, les sabbats, les assemblées,
    je n’en peux plus de ces crimes et de ces fêtes.
        Vos nouvelles lunes et vos solennités,
    moi, je les déteste :
    elles me sont un fardeau,
    je suis fatigué de le porter.
        Quand vous étendez les mains,
    je détourne les yeux.
    Vous avez beau multiplier les prières,
    je n’écoute pas :
    vos mains sont pleines de sang.
        Lavez-vous, purifiez-vous,
    ôtez de ma vue vos actions mauvaises,
    cessez de faire le mal.
        Apprenez à faire le bien :
    recherchez le droit,
    mettez au pas l’oppresseur,
    rendez justice à l’orphelin,
    défendez la cause de la veuve.

                – Parole du Seigneur.

  • Psaume (Ps 49 (50), 8-9, 16bc-17, 21, 23)

    Refrain psalmique : (cf. Ps 49, 23cd)

    À celui qui veille sur sa conduite,
    je ferai voir le salut de Dieu.

    « Je ne t’accuse pas pour tes sacrifices ;
    tes holocaustes sont toujours devant moi.
    Je ne prendrai pas un seul taureau de ton domaine,
    pas un bélier de tes enclos.

     Qu’as-tu à réciter mes lois,
    à garder mon alliance à la bouche,
    toi qui n’aimes pas les reproches
    et rejettes loin de toi mes paroles ?

    « Voilà ce que tu fais ;
    garderai-je le silence ?
    Penses-tu que je suis comme toi ?
    Je mets cela sous tes yeux, et je t’accuse.

    « Qui offre le sacrifice d’action de grâce,
    celui-là me rend gloire :
    sur le chemin qu’il aura pris,
    je lui ferai voir le salut de Dieu. »

  • Évangile : « Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive » (Mt 10, 34 – 11, 1)

    Acclamation : (Mt 5, 10)

    Alléluia. Alléluia.
    Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice,
    car le royaume des Cieux est à eux !
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

    En ce temps-là,
    Jésus disait à ses Apôtres :
        « Ne pensez pas que je sois venu
    apporter la paix sur la terre :
    je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive.
        Oui, je suis venu séparer
    l’homme de son père,
    la fille de sa mère,
    la belle-fille de sa belle-mère :
        on aura pour ennemis les gens de sa propre maison.
        Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi
    n’est pas digne de moi ;
    celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi
    n’est pas digne de moi ;
        celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas
    n’est pas digne de moi.
        Qui a trouvé sa vie
    la perdra ;
    qui a perdu sa vie à cause de moi
    la trouvera.
        Qui vous accueille
    m’accueille ;
    et qui m’accueille
    accueille Celui qui m’a envoyé.
        Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète
    recevra une récompense de prophète ;
    qui accueille un homme juste en sa qualité de juste
    recevra une récompense de juste.
        Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche,
    à l’un de ces petits en sa qualité de disciple,
    amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. »
        Lorsque Jésus eut terminé les instructions
    qu’il donnait à ses douze disciples,
    il partit de là pour enseigner et proclamer la Parole
    dans les villes du pays.

                – Acclamons la Parole de Dieu.