Don pour le projet de la direction diocésaine

img project direction diocesaine

La Vie des Diocèses - émission de KTO du 24 juin 2019

Les Services du PMI

PENDANT LE P.M.I., VOUS POUVEZ RENCONTRER : 

L'ÉQUIPE TECHNIQUE

Composée d'une trentaine de sous-officiers bénévoles, l'équipe technique se dépense jour et nuit pendant le pèlerinage pour assurer le soutien technique des cérémonies afin de mettre en valeur le message pastoral. Elle crée et met en place les éclairages, la sonorisation, les décorations.. Toujours au service de la liturgie préparée par les responsables des cérémonies. Des projecteurs lumières en supplément de ceux existant à la basilique Saint Pie X, des ensembles de sonorisation et de vidéo en collaboration avec les Sanctuaires, les entreprises de location et l'ECPAD, des dizaines de banderoles, autant de drapeaux que de pays présents, les sièges pour les musiques, les moyens de sécurité pour les installations… sont déployés sur plusieurs sites à la fois. L'installation et le démontage de ces moyens se font surtout la nuit. Des hommes et des femmes, qui s'activent pendant que les pèlerins se rassemblent pour prier mais qui vivent cependant pleinement le pèlerinage en se réservant chaque jour, en équipe, des moments de prière. 

Responsable : CNE Gilles LETOUMELIN 

 

Le Service d'Encadrement du PMI (SE-PMI)

Commandé par un officier de gendarmerie, il est composé de 250 militaires issus de 6 pays : France, Allemagne, Autriche, Croatie, Espagne et Italie.
Le « service d'encadrement du PMI » (SE-PMI) existe, en sa configuration actuelle, depuis 2006.

Le SE-PMI a pour mission mission de sécuriser les cérémonies internationales du pèlerinage militaire de Lourdes qui rassemble entre 13000 à 15000 pèlerins militaires, mais également il assure la gestion des milliers de pèlerins extérieurs au PMI qui assistent aux diverses cérémonies.
Les militaires du SE-PMI sont chargés de contrôler strictement les accès des cérémonies, de canaliser les pèlerins, de favoriser leur placement dans les zones qui leur sont dévolues, de permettre le passage aisé des divers acteurs des cérémonies, d'organiser l'arrivée en ordre des drapeaux et leurs gardes ainsi que des musiques nationales, de permettre l'accès des secours ou l'évacuation des malades, de détecter tout perturbateur potentiel et d'empêcher tout débordement ou atteinte à l'intégrité physique des pèlerins. Ils concentre également leurs efforts sur une gestion permanente et sécurisée des diverses autorités civiles, religieuses et militaires présentes aux cérémonies dont la plupart des chefs d'état-major des pays présents. En cette période de Vigipirate Rouge et d'état d'urgence, son action est d'autant plus primordiale que ces missions sont assurées avec toute la rigueur et l'efficacité militaire nécessaires mais également avec diplomatie et sourire, avec le souci constant d'aider et d'être au service des pèlerins.

Parmi des 250 militaires se trouvent des personnels d'active des armées Terre, Air et Mer, mais aussi de la gendarmerie ou leurs homologues carabiniers, policiers militaires croates ou gardes civiles espagnols, ainsi que, chaque année, une compagnie d'élèves gendarmes-adjoints de l'école de Tulle (Lire l'article ). Le SE-PMI est directement rattaché à la DIRPMI.
Pour faciliter la cohésion et l'accomplissement des missions, ils sont tous logés dans le même hôtel. La présence régulière d'un aumônier parmi eux est une invitation bien réelle à une rencontre spirituelle ou au moins à une discussion sur la place de Dieu, de l'Église, de l'autre dans nos vies. Prendre part au SE-PMI, c'est entrer dans les pas de Saint Martin, cet officier romain qui, marchant sur les pas de Jésus, donna son manteau au pauvre. Aujourd'hui, à son image, donnez votre temps pour que les pélerins puissent prier en toute sécurité dans les Sanctuaires de Lourdes.

Responsable : colonel Francis FERRE

 

Service Encadrement©DR

 

LA CHORALE INTERNATIONALE

chorale-internationaleL'objectif de la chorale est de favoriser la prière par la participation active de tous, venant d'horizons et de pays bien divers. Le chœur s'ouvre donc aux langues étrangères, en particulier les sept langues officielles du P.M.I. avec l'ouverture aux solistes des différents pays. La majorité des chants de la Messe internationale du dimanche sont chantés en polyphonie.  La chorale est composée d'une soixantaine de choristes.
 

Coordinateur Musique et Chorale : Aum Samuel MARQUET  

 

LES RESPONSABLES DU P.M.I.

Président : Monseigneur Antoine de ROMANET 

Directeur : Père Arnault BERRONE

Secrétaire Général : Colonel (R) Guillaume de JERPHANION

 

Trésorier : Aumônier Patricia CORNILLON

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

17 juillet 2019

Tous les saints du jour
  • Bienheureuse Charlotte - et ses compagnes, Carmélites de Compiègne, martyres (✝ 1794)
    Anne Marie Madeleine Françoise Thouret, en religion Soeur Charlotte de la Résurrection est née en 1715 à Mouy dans le diocèse de Beauvais. Lorsqu'éclate la Révolution française, en 1789, la communauté du Carmel de Compiègne compte 21 religieuses. 18 monteront sur l'échafaud. Conformément au décret du 13 février 1790 qui supprime les Ordres religieux contemplatifs, chaque carmélite est invitée à déclarer si son intention est de sortir de son monastère. Toutes affirment "vouloir vivre et mourir dans cette sainte maison." En 1792, la Mère prieure leur propose "un acte de consécration par lequel la communauté s'offrirait en holocauste pour que la paix divine, que le Fils de Dieu était venu apporter au monde, fut rendue à l'Église et à l'État." Le 14 septembre 1792, elles sont expulsées de leur couvent. Chaque jour, elles prononcent l'acte d'offrande. Le 23 juin 1794, au temps de la Grande Terreur, elles sont arrêtées. Jugées et condamnées à mort le 17 juillet, elles sont guillotinées le soir même, sur la place de Nation à Paris. Leurs corps furent enterrés au cimetière de Picpus dans une fosse commune, où ils se trouvent encore dans le jardin des religieuses. Carmélites de Compiègne.À Paris, en 1794, les bienheureuses Thérèse de Saint-Augustin (Marie-Madeleine-Claudine Lidoine) et quinze compagnes: les bienheureuses Marie-Anne-Françoise Brideau (Soeur Saint-Louis), Marie-Anne Piedcourt (Soeur de Jésus Crucifié), Anne-Marie-Madeleine Thouret (Soeur Charlotte de la Résurrection), Marie-Claudie-Cyprienne Brard (Soeur Euphrasie de l'Immaculée-Conception), Marie-Gabrielle de Croissy (Soeur Henriette de Jésus), Marie-Anne Hanisset (Soeur Thérèse du Coeur de Marie), Marie-Gabrielle Trézelle (Soeur Thérèse de Saint-Ignace), Rose Chrétien de Neufville (Soeur Julie-Louise de Jésus), Annette Pelras (Soeur Marie-Henriette de la Providence), Marie-Geneviève Meunier (Soeur Constance), Angélique Roussel (Soeur Marie du Saint-Esprit), Marie Dufour (Soeur Sainte-Marthe), Élisabeth-Julie Vérolot (Soeur Saint-François), Catherine et Thérèse Soiron (soeurs converses), vierges, carmélites de Compiègne et martyres. Sous la Révolution française, elles furent condamnées à mort parce qu'elles avaient conservé fidèlement la vie religieuse et, avant de monter à l'échafaud, elles renouvelèrent leur profession de foi baptismale et leurs voeux religieux.