Le Pèlerinage Militaire International approche à grands pas

affiche 61eme pmi lourdes 2019

Télécharger le programme du 61ème PMI

Don pour le projet de la direction diocésaine

img project direction diocesaine

Le Pèlerinage Militaire International approche à grands pas

D. Presse Pelerinage militaire BD 07 05 2019 VF p001

Télécharger le dossier de presse du 61ème PMI

  • Propos de l' Evêque
  • Témoignage de Monseigneur Antoine de Romanet, évêque aux Armées Françaises dans le Figaro Magazine

Témoignage de Monseigneur Antoine de Romanet, évêque aux Armées Françaises dans le Figaro Magazine

 

Ordination Mgr Antoine de RomnanetTÉMOIGNAGE

“Notre-Dame se relèvera, Notre-Dame nous élèvera” Ordonné deux fois à Notre-Dame, d’abord en 1995 comme prêtre du diocèse de Paris, puis en 2017 comme évêque en charge des armées françaises (et des pompiers de Paris), Mgr Antoine de Romanet a tissé au long de son sacerdoce un lien intime avec la cathédrale.

Ma première visite marquante fut en 1988 pour assister aux ordinations sacerdotales de la fin juin. J’avais 25 ans et me posais alors la question de la réponse à un appel du Seigneur à le suivre comme prêtre, et j’étais allé rencontrer un jeune diacre au séminaire Saint-Sulpice pour découvrir sa vie, son histoire, son aventure… Anonyme au fond de l’assemblée, chaque instant, chaque voûte,chaque vitrail et chaque parole m’ont touché, aussi simplement qu’une mère porte son enfant. La liturgie parlait d’elle-même, au-delà des mots et des gestes habités par la lumière et les élévations de ces colonnes et de ces vitraux. Puis ce fut ma propre entrée au séminaire en septembre 1989. Pendant ces huit années d’études à Bruxelles puis à Rome, Notre-Dame, c’était à chaque fois le symbole du « retour à la Maison » : joie de retrouver les camarades séminaristes pour la messe chrismale chaque mercredi saint et pour les ordinations de la fin juin. Joie de humer son atmosphère à nulle autre pareille, de saluer les visages connus, de retrouver ses chantres et ses orgues, ses sacristains et ses bénévoles, en une grande famille amicale et comme immuable. Joie surtout de retrouver notre archevêque (le cardinal Lustiger, ndlr), de vibrer et de célébrer le cœur de notre foi portée par la plus belle des liturgies. L’émotion de l’ordination sacerdotale est un sommet entre tous. Nous étions dix-sept. Jusque dans l’éternité. Nous étions portés, transportés, encouragés, par une dizaine d’évêques, des centaines de prêtres, des milliers de fidèles. Toute une Eglise qui rend grâce et implore une grâce que nul ne méritera jamais, et qui par les mains du prêtre s’offre en une source d’éternelle gratuité. C’est sur ce dallage qu’ensemble nous nous sommes étendus, c’est au pied de cet autel que nous avons promis engagement et fidélité, c’est à cet autel que nous avons célébré pour la première fois l’eucharistie du Seigneur.

SOURCE MATERNELLE

Pendant vingt-deux ans, chaque retour à Notre-Dame fut cette même joie du retour au bercail, de cette douce et chaleureuse familiarité de la maison de famille où l’on retrouve les siens, où l’on est chez soi sans être propriétaire de rien. Quelle émotion furent les obsèques du cardinal Lustiger, les prières sur le parvis, la simplicité et la force de la liturgie. Quelle joie de retrouver à sa suite le cardinal Vingt-Trois et de se laisser porter par sa parole et sa présence, forte et fidèle, ancrée et visionnaire, à chaque grande occasion de la vie du diocèse. Pour un prêtre de Paris, c’est bien de là que coule la source maternelle qui ne cesse d’engendrer et de nourrir, de réconforter et de faire grandir. Puis ce fut, le 10 septembre 2017, la dernière ordination épiscopale célébrée en ces lieux avant le drame qui aujourd’hui nous afflige. Une liturgie telle que seule Notre-Dame de Paris sait en offrir au peuple de Dieu. Un souffle, une énergie, une douceur, une émotion qui n’ont de sens que parce qu’elle les transcende tous. Ce fut seul, ce jour-là, que je fus allongé sur ces dalles (photos). Seul que j’ai professé la foi. Seul que je me suis engagé à servir jusqu’à la mort. Seul que j’ai ensuite présidé l’eucharistie avec à mes côtés le cardinal-archevêque de Paris, en une circonstance liturgique= exceptionnelle de l’ordination d’un évêque fils de ce diocèse mais dont la cathédrale se situe désormais sur l’autre rive, au service des armées françaises, à Saint-Louis-des-Invalides. Comme un baume, cette liturgie me pénètre peu à peu.

Depuis lors, chaque venue à Notre- Dame est une fête d’amitié et de gravité, sous le regard de la Vierge qui ne cesse de nous conduire vers son Fils, le Seigneur Jésus. Cette histoire singulière est celle de tous les prêtres de Paris, chacun à sa manière, elle est celle de tous les Parisiens et de tous les Français, chacun avec ses accents propres, car tous, nous nous sentons unis à cette présence spirituelle au centre de Paris. Cette histoire et ces émotions ont été dévorées par les flammes de ce 15 avril, au seuil de la Semaine sainte. Elles n’en sont que plus vivantes. Notre-Dame n’en est que plus attachante. Notre-Dame sera reconstruite. Notre-Dame se relèvera. Notre-Dame nous élèvera. Avec elle, nous passerons de la passion à l’Assomption, du matériel au spirituel, de cette rive à l’autre telle que la cathédrale au cour de Paris en est la promesse et le chemin.

Monseigneur Antoine de Romanet
Le Figaro Magazine 19 avril 2019
Crédit photo : Jean-Marie Ravel

Mots-clés: Evêque aux Armées, Notre Dame de Paris, ordination épiscopale

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

21 mai 2019

Tous les saints du jour
  • Saint Constantin Ier le Grand - Empereur romain (✝ 337)
    Les Eglises d'Orient fêtent tout spécialement et ensemble l'empereur et sa mère. L'Eglise en Occident les fête séparément. Hélène était l'épouse d'un obscur centurion romain à qui elle avait donné un fils. Mais voici que les circonstances font du centurion un empereur, l'empereur Constance II. Jugée trop peu décorative par le nouvel empereur parvenu au pouvoir, elle est répudiée sans autre forme de procès. Humblement, elle se retire, mais son fils lui reste fidèle et, quand il sera, lui aussi, devenu empereur en 306 sous le nom de Constantin, "égal des apôtres" comme l'appelle l'Orient chrétien, il rappellera sa mère et la comblera d'honneurs. On ne sait qui des deux devint chrétien le premier et convertit l'autre. Constantin arrête les persécutions et favorise l'Eglise, convoque le concile de Nicée, bâtit à Rome une basilique sur le tombeau de Pierre. Sainte Hélène veut voir la Terre Sainte, retrouve ce qu'elle pense être les reliques de la croix, fonde des basiliques à Bethléem et au Mont des Oliviers. Tout cela conduit Constantin à être placé aussi parmi les saints. Il l'est sans aucun doute car il est monté tout droit au ciel ayant attendu l'heure de sa mort pour recevoir le baptême."Constantin Le Grand, aux racines de l'Europe", tel est le titre du congrès international qui s'est tenu au Vatican du 18 au 21 avril 2012, organisé par le Conseil pontifical des sciences historiques à l'occasion du 1.700 anniversaire de la bataille du Ponte Milvio et de la conversion de l'empereur Constantin. (VIS)... Cette conversion est à l'origine de la géographie européenne telle qu'on la connaît aujourd'hui. Constantin, empereur chrétien (Radio Vatican)- en Vidéo, la conférence de Jean-Marie Salamito, Les chrétiens de Rome, de saint Paul à Constantin le Grand, tv.catholique.fr.